- La lubrification
*
Accueil
Méthodes de maintenance
*
BUTS DE LA LUBRIFICATION
LES LUBRIFIANTS
     LES BASES LUBRIFIANTES
     LES HUILES
       FONCTIONS DES HUILES MOTEURS
       LES ADDITIFS DES HUILES
     LES GRAISSES
     LES LUBRIFIANTS SOLIDES
     LES HUILES DE COUPE
CARACTÉRISTIQUES D’UN LUBRIFIANT
CLASSIFICATION DES HUILES

CLASSIFICATION DES GRAISSES

STOCKAGE DES LUBRIFIANTS
        FICHES DE DONNEES DE SECURITE

ORGANISATION DU GRAISSAGE

RÉCUPÉRATION DES HUILES USAGÉES

*

BUTS DE LA LUBRIFICATION

Définition : procédé par lequel la friction entre deux pièces en mouvement est réduite (introduction d’un fluide séparant les deux surfaces).

Fonctions du lubrifiant : Réduire la friction (frottement ou déformation), réduire l’usure des pièces, absorber / atténuer les chocs, réduire / contrôler la température, protéger de la corrosion, isoler les composantes de la contamination, nettoyer / enlever les contaminants.

Types de lubrification :

  • Hydrodynamique : séparation de deux surfaces par un film relativement épais, par un mouvement dynamique de la pièce en mouvement.
  • Hydrostatique : introduction de lubrifiant sous pression entre les surfaces en mouvement (source de pression).
  • Elastohydrodynamique : semblable à hydrodynamique mais une des surfaces roule (roulement, dent profilée d’engrenage).
LES LUBRIFIANTS

     Les lubrifiants ont pour rôle de réduire les frottements entre pièces en mouvement, ou de diminuer la résistance passive de pièces fixes. Ils sont obtenus par raffinage des fractions lourdes du pétrole brut. Les lubrifiants peuvent être liquides ou fluides (huiles), consistants (graisses ou gel de silicone), ou solides (graphite, téflon).
Les performances et caractéristiques diffèrent d'un lubrifiant à l'autre, leur seul point commun est qu'ils sont tous composés d'un constituant principal appelé « base lubrifiante », qui représente 75 à 85% de l'huile ou d'une graisse et qui peut être d'origine pétrolière ou synthétique.

          LES BASES LUBRIFIANTES

     Les bases minérales sont fabriquées à partir du pétrole brut. Elles sont de très loin les plus utilisées, aussi bien dans les applications automobiles qu’industrielles. Ce sont des mélanges d’hydrocarbures ayant subi de nombreuses opérations de raffinage.

     Les bases de synthèse sont des produits obtenus par réaction chimique de plusieurs composants. Deux grandes familles de produits sont utilisées pour la formulation des lubrifiants : les esters et les hydrocarbures de synthèse. Ces produits présentent une viscosité remarquablement stable quelle que soit la température. Cette propriété est une supériorité majeure sur les bases minérales qui nécessitent l'adjonction d'additifs améliorants de viscosité en plus grande quantité. Leur résistance à l'oxydation est aussi accrue, d'où une plus grande longévité de l'huile qui permet un espacement entre vidange plus important.

     A noter qu'il existe aussi des huiles dites de semi synthèse qui s'obtiennent à partir d'un mélange des deux précédentes (généralement 70 à 80% d'huile minérale et 20 à 30% d'huile de synthèse).

          LES HUILES

Les huiles sont composées d'une base lubrifiante et d'additifs.

FONCTIONS DES HUILES MOTEURS

     La facilité de démarrage dépend non seulement de l'état de la batterie, de l'allumage et de la qualité du carburant, mais également de la fluidité de l'huile moteur. Une huile trop visqueuse à la température de démarrage peut nuire au mouvement des pièces mobiles et empêcher ainsi le moteur de tourner assez vite. Comme toutes les huiles épaississent par temps froid, une huile conçue pour l'hiver doit être suffisamment fluide pour permettre des vitesses de démarrage appropriées à la plus basse température. Elle doit également être d'une part suffisamment fluide pour pouvoir atteindre rapidement les paliers et empêcher l'usure de ceux-ci et d'autre part, suffisamment épaisse pour assurer une bonne protection du moteur quand ce dernier atteint sa température de service. 

Pourquoi vidanger ?
     La vidange est une opération pour maintenir un véhicule en bon état.
     L'intervalle entre deux vidanges est déterminé par le constructeur en fonction des performances techniques de l’huile et les caractéristiques du moteur. Il est en général fonction de deux paramètres:
Le kilométrage et le temps d'utilisation.
                        En tout état de cause, il est important de vidanger au moins une fois par an.
     La dégradation des huiles en service est inhérente à leur utilisation.
     Le taux de dégradation d'une huile dépend de divers facteurs, dont la composition chimique de l'huile de base, le type et la quantité des inhibiteurs et des additifs, et les conditions d'utilisation de l'huile en service.
     Les principaux facteurs qui entrent dans la durée de vie d'une huile sont stabilité thermique et l'oxydation. La stabilité thermique d'une huile est sa capacité de résister aux changements chimiques, notamment en raison d'une hausse de température en l'absence d'oxygène. La stabilité à l'oxydation d'une huile est sa capacité de résister aux changements chimiques, en raison d'une hausse de température et en présence d'oxygène.

     Une huile moteur de qualité garde ces substances en suspension jusqu'à ce qu'elles soient filtrées, ou drainées à l'occasion d'une vidange.
     Toute huile se dégrade et perd ses propriétés dans le temps à cause des fortes pressions et températures auxquelles elle est soumise. Cette dégradation peut s'accélérer en fonction de l'utilisation du véhicule. Par exemple les trajets en ville ou les parcours à régime élevé sont particulièrement exigeants. L'huile est également polluée par des impuretés telles que les résidus de combustion, l'humidité, les poussières et le carburant imbrûlé...
     C'est pourquoi il est essentiel de respecter un calendrier très strict de vidanges d'huile pour votre véhicule. La vidange et le remplacement du filtre à huile permettent d'enlever les contaminant nocifs qui peuvent s'accumuler dans l'huile moteur. Il est fortement conseillé de changer le filtre à huile à chaque fois qu'on fait la vidange de sa voiture. En effet, si vous remettez de l'huile propre dans votre carter, en conservant un filtre sale, votre huile deviendra rapidement sale: une des propriétés de l'huile est d'être détergente, c'est à dire d'être apte à décoller les dépôts pour ne pas qu'ils s'accumulent dans certaines parties du moteur. Cet ("effet de lessive ") bénéfique en usage normal, va se traduire par un "nettoyage" en profondeur de votre filtre à huile, ramenant ainsi toutes les impuretés dan le carter. 

Type de moteurs :

  • Moteur essence
  •      Un moteur à essence, selon ses conditions d'utilisation, exige de l'huile des propriétés spécifiques : 
    A pleine charge, par exemple sur autoroute à grande vitesse, les températures en haut du piston et dans le carter sont élevées. Le lubrifiant doit avoir un bon indice de viscosité.
    Au contraire sur de faibles parcours ou en service urbain, les bas niveaux de température de certaines parties du moteur favorisent les condensations d'eau et la formation de boues noires. Un lubrifiant hautement dispersif est nécessaire. 
  •    Moteur diesel
  •      Le moteur diesel se caractérise par un niveau de température élevé en haut du piston, spécialement pour les moteurs suralimentés et par l'utilisation d'un combustible susceptible d'engendrer des suies, des vernis, des fractions imbrûlées et des résidus acides. C'est pourquoi les huiles pour moteur diesel ont des niveaux de détergence et d'alcalinité élevés. 
    Les moteurs diesel rapides à préchambre, qui équipaient encore récemment les voitures de tourisme, conduisent à des taux élevés de matières charbonneuses dans l'huile et exigent donc aussi des lubrifiants aux propriétés dispersives particulièrement efficaces. Les moteurs diesel rapides à injection directe les remplacent. Leurs contraintes sont plus sévères : 
    - Température en haut de piston en hausse à cause des pressions élevées d'injection de carburant et de la combustion qui se fait directement dans le piston évidé. 
    - Efforts mécaniques supérieurs dus au couple élevé généré par la combustion. 
    Ces points sollicitent fortement les performances détergentes et anti-usure du lubrifiant.
     

    LES ADDITIFS DES HUILES : les additifs sont présents à hauteur de 15% à 25 % dans les huiles finies :

    • soit pour renforcer certaines propriétés de l'huile de base
    • soit pour apporter à l'huile de base des propriétés qu'elle ne possède pas naturellement
         Les améliorants de viscosité : ils permettent à l'huile d'être suffisamment fluide à froid et visqueuse à chaud pour éviter le contact des pièces en mouvement. Ce sont des polymères introduits dans une base lubrifiante. Une huile contenant ces additifs est dite multigrade. Les polymères à longue chaîne se contractent à basse température et n'offrent ainsi qu'une résistance négligeable au mouvement des molécules d'huile mais, à haute température, ils se déroulent et s'opposent à la fluidification du mélange.
         Les additifs anti-usure : ils renforcent l'action anti-usure qu'exerce un lubrifiant vis-à-vis des organes qu'il lubrifie. Ils agissent en formant un film protecteur, en réagissant directement ou par l'intermédiaire de leur produit de réaction avec les surfaces métalliques.
         Les additifs anti-oxydants : ils ralentissent les phénomènes d'oxydation du lubrifiant et contribuent à l'espacement des vidanges par une meilleure tenue aux hautes températures.
         Les additifs détergents : ils évitent la formation de dépôts ou de vernis sur les parties les plus chaudes du moteurs telles que les gorges des pistons. Ils exercent une action détergente, en particulier à l'intérieur des moteurs où ils empêchent que les résidus charbonneux de combustion ou composés oxydés ne forment des dépôts ou des gommes sur les surfaces métalliques. Les additifs les plus récents sont des polymères de composés basiques azotés qui ne laissent pas de cendres. Les huiles dites détergentes doivent être utilisées avec précaution dans les moteurs anciens car leur capacité à nettoyer les dépôts déjà sédimentés dans les carters (la calamine par exemple) peut entraîner l'obturation des canaux de circulation du lubrifiant.
         Les additifs dispersants : ils maintiennent en suspension toutes les impuretés solides formées au cours de fonctionnement du moteur : imbrûlés, gommes, boues, suies diesel, dépôts nettoyés par les détergents. Ils empêchent les résidus solides de s'agglomérer et ainsi limitent le risque de dépôt (boues) dans les parties froides du moteur (carter).
         Les additifs de basicité : ils neutralisent les résidus acides de combustion des carburants, principalement sur moteur diesel, au fur et à mesure de leur formation.
         Les additifs anti-corrosion : ils empêchent l'attaque des métaux ferreux, attaque due à l'action conjuguée de l'eau, de l'oxygène de l'air et de certains oxydes formés lors de la combustion. Ils forment un film protecteur ou une passivation de la surface à protéger.
         Les additifs anti-congélation : ils permettent au lubrifiant de garder une bonne fluidité à basse température (de -15°C à -45°C). 
         Les additifs anti-mousse : le moussage de l'huile peut être dû à la présence d'autre additifs (les additifs détergents agissent dans l'huile comme du savon dans l'eau : ils nettoient le moteur mais ont tendance à mousser) ou au dessin du circuit de graissage qui provoque des turbulences lors de l'écoulement du lubrifiant, facilitant ainsi le brassage air huile et la formation des bulles. Ces additifs ont pour but de limiter la dispersion d'un grand volume d'air dans l'huile.
         Les additifs d'extrême pression : ils ont pour but de réduire les couples de frottement et par conséquence économiser l'énergie et de protéger les surfaces des fortes charges. Ils apportent au lubrifiant des propriétés de glissement spécifiques, en particulier aux organes équipés d'engrenages ou de garnitures de friction travaillant dans l'huile (ponts auto bloquants, boîtes de vitesse, manuelles ou automatiques, freins immergés, etc.). 

              LES GRAISSES

    Les graisses sont composées de :

    • 70 à 95 % d'huile de base (minérales, synthétiques ou végétales) qui sert d'agent lubrifiant
    • 0 à 10 % d'additifs identiques à ceux cités précédemment
    • 3 à 20 % d'un agent épaississant ou gélifiant qui à pour rôle de donner la consistance au lubrifiant (semi fluide, fluide, mou ou dur) et d'emprisonner l'huile de base et les additifs pour qu'ils ne s'écoulent pas. 
         Les graisses se distinguent par leur adhérence aux surfaces à lubrifier, leur insolubilité à l'eau, leur résistance au cisaillement et leur durée de vie. En règle générale une graisse ne peut dépasser plus de 300°C (température à laquelle l'huile de base se sépare de l'épaississant). Au delà, on parle plutôt de pâtes ou vernis à base d'aluminium ou de cuivre.

         Outre son rôle de lubrifiant (réduction de l'usure mécanique et des pertes d'énergie dues aux frottements), la graisse crée une barrière d'étanchéité vis-à-vis des éléments extérieurs (poussières, eau, solvants, chaleur, etc.).

    • Les graisses silicones : les silicones sont des polymères à base de composés organiques du silicium, remarquables pour leur stabilité thermique, leur grande inertie chimique et leur caractère d'isolant électrique. Les silicones sont très résistantes vis-à-vis de la chaleur, de l'oxydation et des rayons ultraviolets. Les silicones peuvent se présenter sous forme d'huiles, d'élastomères ou de résines.
    • Les graisses alimentaires : ces graisses sont spécialement conçues pour un contact fortuit avec les aliments. Les lubrifiants, additifs et gélifiants qu'elles contiennent doivent être conformes aux prescriptions du CNERNA (Centre National d'Étude et de Recherche sur la Nutrition et l'Alimentation) ; seul organisme reconnu à ce jour en Europe pour le référencement des matières premières utilisables en contact fortuit avec les aliments.
              LES LUBRIFIANTS SOLIDES
         Le graphite et le bisulfure de molybdène constituent les deux lubrifiants solides utilisés dans les conditions extrêmes (vide poussé, températures trop hautes ou trop basses). Le graphite peut être utilisé jusqu'à 400°C en présence d'air et jusqu'à 1900°C en atmosphère inerte. Le bisulfure de molybdène peut être utilisé jusqu'à 450°C, au-delà il devient abrasif. Aux basses températures on utilise les Téflons, nylons et divers polyamides. 

              LES HUILES DE COUPE
         Pour de nombreuses opérations de coupe, des liquides sont utilisés pour refroidir et lubrifier. Le refroidissement accroît la longévité des outils et facilite l'obtention de cotes conformes sur les pièces finies. La lubrification réduit les frottements, ce qui diminue la chaleur dégagée et la puissance nécessaire pour une coupe donnée. Ces huiles de coupe sont des solutions aqueuses, des huiles chimiquement inactives ou des liquides de synthèse.
     
     

    CARACTÉRISTIQUES D’UN LUBRIFIANT

         La viscosité d’un fluide est la résistance qu’il oppose au glissement interne de ses molécules au cours de son écoulement. C’est son aptitude à pouvoir s’écouler plus ou moins facilement.
    La viscosité varie avec la température. Elle est donnée pour une température de référence de 40°C.
     

    Viscosité dynamique
    Viscosité cinématique
    viscosité dynamique en Pa.s
    F = force de frottement en N
    S = section d’écoulement en m²
    l =  longueur de l’écoulement en m
    v = vitesse de l’écoulement en m/s
    viscosité cinématique en m/s²
    n = viscosité dynamique en Pa.s
    p = masse volumique du fluide en kg/m3
    La viscosité cinématique s’exprime aussi en Stockes (St) ou en centistokes (cSt)
    1 St = 10-4 m²/s
    1 cSt = 10-6 m²/s

           Un lubrifiant a d’autres caractéristiques telles que sa stabilité chimique, son point éclair (température d’inflammation des vapeurs du fluide), son point de congélation (température à laquelle le fluide ne coule plus), etc.

    CLASSIFICATION DES HUILES

         Grades normalisés et services

    Normes ISO/NF: plus particulièrement destinées aux huiles dites "industrielles" monogrades. La norme ISO/NF désigne une huile par un grade et un service rendu par cette huile (ou domaine d'application). La désignation indiquée ci-après est succincte et ne donne pas toutes les caractéristiques d'une huile. La norme complète et les indications du fabricant sont donc souvent nécessaires. 
    La viscosité indiquée dans le grade est fixée à 40°C avec une tolérance autour de cette valeur médiane (voir ci-dessous). Les grades sont espacés par un facteur multiplicatif de 1,5 (changer de 1 grade = varier de ± 50% en viscosité).
     

    Grade ISO 
    Viscosité cinématique médiane
    à 40 °C
    Limites de viscosité minimum
    Limites de viscosité maximum
    2
    2,2
    1,90
    2,42
    3
    3,2
    2,88
    3,52
    5
    4,6
    4,14
    5,06
    7
    6,8
    6,12
    7,48
    10
    10
    9,00
    11,00
    15
    15
    13,50
    16,50
    22
    22
    19,00
    24,20
    32
    32
    28,80
    35,20
    46
    46
    41,40
    50,60
    68
    68
    61,20
    74,80
    100
    100
    90,00
    110,00
    150
    150
    135,00
    165,00
    220
    220
    198,00
    242,00
    320
    320
    288,00
    352,00
    460
    460
    414,00
    506,00
    680
    680
    612,00
    748,00
    1000
    1000
    900,00
    1100,00
    1500
    1500
    1350,00
    1650,00

         En hydraulique industrielle, on admet qu'une viscosité comprise entre 20 et 100 mm2/s (à la température de fonctionnement) est correcte. Cependant, il faut tenir compte de tous les organes mécaniques lubrifiés par le fluide hydraulique (roulements, engrenages, etc.).
     

    Viscosité maximale (habituellement au démarrage)
    22000 : Probablement le maximum pour que le lubrifiant puisse être versé
    11000 : Probablement le maximum pour une lubrification par projection ou par barbotage.
    8600 :   A peine pompable au moyen d'une pompe à engrenage ou à pistons - lubrifiant trop lourd pour être utilisé
    2200 :   Limite supérieure pour un système de lubrification automatique
                 Limite supérieure pour une lubrification par circulation (bon entretien)
                 Limite supérieure pour le constituant d'huile d'une graisse à appliquer au pistolet
    1000 :   Roulements
    860 :     Pompes hydrauliques à ailettes à la température de démarrage - pour empêcher la cavitation et l'usure
                 Huile lourde pour assurer une bonne pompabilité et une bonne pulvérisation
    220:      Générateurs de brouillard d'huile fonctionnant sans chaleur, à la température minimale de service
                 Pompe hydraulique à piston (à la température de démarrage) pour empêcher l'usure
    54:        Systèmes hydrauliques à la température de fonctionnement

    Viscosité minimale
    33:        Pour la lubrification des engrenages
    30:        Pour une pompe à engrenage
    21:        Roulements à rouleaux sphériques
    13:        Autres roulements à rouleaux - Systèmes hydrauliques - Paliers lisses
    4:         Mini pour supporter une charge dynamique

    Viscosité optimale (à la température de fonctionnement)
    25:       Systèmes hydrauliques
    30:       Paliers lisses
    40:       Engrenages cylindriques
    75:       Engrenages à vis sans fin

    Catégories courantes d'huile pour circuits hydrauliques

    • HL : huiles minérales + propriétés anti-oxydantes et anti-corrosion particulières. Elles présentent un bon comportement vis-à-vis de l'eau. Elles sont préconisées dans les installations à moyenne pression lorsque des additifs anti-usure ne sont pas nécessaires.
    • HM : fluides HL + propriétés anti-usure particulières.
    • HV : fluides HM + propriétés viscosité/température améliorées.
    • HG : fluides HM + propriétés anti-stick-slip (propriété d'une huile évitant le décollement du film d'huile dans une glissière) pour glissières de machines outils.
    • HSx : fluides de synthèse.
    • HFxx : fluides difficilement inflammables. Les fluides HFC sont les plus utilisés.
    Remarque : les fluides HM et HV sont les plus utilisés.

              Normes SAE - API - CCMC – ACEA
         Plus particulièrement destinées aux huiles moteurs et boîtes de vitesses (réducteurs). Il y a deux grades SAE, un pour une utilisation à froid (suivi de la lettre W) et un pour une utilisation à chaud. Le nombre indiqué dans le grade SAE est relatif à la viscosité de l'huile à une certaine température mais n'est pas directement significatif, contrairement au grade ISO (voir correspondances ci-dessous).

    Lorsqu'on indique ces deux grades pour une huile, on dit alors qu'elle est "multigrades".

    Exemple:     15W40

    • 15W correspond à la viscosité à froid (- 18°C) (W=Winter). Plus le 1er chiffre est petit, plus l'huile est fluide à basse température et assure ainsi une lubrification parfaite dès le démarrage du moteur à froid.
    • Le deuxième chiffre (40) correspond à la viscosité à chaud (100 °C). Plus ce chiffre est grand, plus l'huile reste visqueuse à haute température et permet ainsi une bonne lubrification de toutes les pièces, et ce malgré des conditions de conduite parfois sévères (autoroute).


              CLASSIFICATION API

         La désignation pour ces huiles du service API permet de connaître les performances de l'huile ainsi désignée. Pour les huiles moteur, le service API s'indique avec deux lettres, la première indique le type de carburant utilisé dans le moteur (S = essence et C = Diesel), la deuxième indique la performance elle-même, plus la lettre est élevée dans l'alphabet et plus la performance est importante. Une même huile peut avoir deux services différents pour deux carburants possibles (voir correspondances ci-dessous).
         Pour les huiles destinées aux transmissions, les deux lettres GL sont suivies d'un chiffre donnant la performance. On peut trouver des indications supplémentaires, telles que EP = extrême pression, etc. 

    CLASSIFICATION API : S... : moteurs à essence (S = Service) :

    • SC : moteurs à essence US 1964-67. Additifs détergents, dispersants, anti-usure, antirouille et anti-corrosion
    • SD : moteurs à essence US 1968-71. Idem SC mais additivation renforcée.
    • SE : moteurs à essence US 1972-79. Propriétés anti-oxydante, détergente à chaud, antirouille et anti-corrosion renforcées.
    • SF Moteurs à essence US 1980-88. Stabilité à l'oxydation et pouvoir anti-usure améliorés par rapport à SE.
    • SG Stabilité à l'oxydation, dispersivité et anti-usure renforcées par rapport à SF. Moteurs à partir de 1989.


    CLASSIFICATION API : C... : moteurs Diesel (C = Commercial) :

    • CB : conditions d'utilisation modérément sévères pour des moteurs non suralimentés avec GO de plus faible qualité (à plus haute teneur en soufre). Protection requise contre la corrosion des coussinets et les dépôts à haute température. Occasionnellement pour moteurs à essence à services peu sévères.
    • CC : service modéré à sévère pour Diesel faiblement suralimentés et certains moteurs essence à service sévère. Protection contre dépôts à haute et basse température, rouille et corrosion. Détergentes et dispersantes.
    • CD : service sévère de Diesel suralimentés ou non, à vitesse élevée et forte puissance. Très bonne protection requise contre l'usure, la corrosion et les dépôts à toute température quel que soit le combustible.
    • CE : service très sévère de Diesel fortement suralimentés. Idem CD + exigences renforcées; = aux huiles SHPD européennes.


    CLASSIFICATION API : GL... : Transmissions mécaniques :

    • GL1 : concerne tous les cas où une huile minérale pure peut être employée avec satisfaction sur des engrenages opérant sous de basses pressions unitaires et à de faibles vitesses de glissement. Des inhibiteurs d'oxydation et antirouille, ainsi que des dopes anti-mousses peuvent être employés pour que les caractéristiques du lubrifiant lui permettent d'assurer ce service. Les dopes extrême pression et les modificateurs de coefficient de frottement ne peuvent pas être utilisés.
    • GL2 : désigne le type de service où les conditions de charges, de température et de vitesses de glissement ne permettent pas l'emploi d'un lubrifiant répondant à l'API GL1.
    • GL3 : concerne les engrenages non hypoïdes opérant sous des conditions modérément sévères de vitesses et de charge.
    • GL4 : est plus particulièrement adaptée pour les engrenages hypoïdes opérant à hautes vitesses, basses vitesses couples bas et couples hauts.
    • GL5 : pour engrenages hypoïdes, idem à GL4, mais dont la charge varie par à-coups. Les lubrifiants répondant à cette spécification doivent donner une protection anti-grippage importante.
    • GL6 : pour engrenages fortement hypoïdes opérant à hautes vitesses dans des conditions de haute performance. Les lubrifiants répondant à cette spécification doivent donner une protection anti-grippage importante.
         Le service API défini par l'industrie américaine est insuffisant pour les moteurs européens dont les rapports puissance / poids sont plus importants, et les conditions de fonctionnement plus sévères. Une désignation de service européen est donc utilisée également: c'est le service CCMC (voir correspondances ci-après).

              CLASSIFICATION CCMC

    CLASSIFICATION CCMC : G... : moteurs essence :

    • G1 = niveau API SE + essais spécifiques européens
    • G2 = niveau API SF + essais spécifiques européens
    • G3 = niveau API SF pour les huiles de faible viscosité (5W30, 5W40, 10W30, 10W40) destinées à réduire la consommation de carburant.
    CLASSIFICATION CCMC : moteurs Diesel :
    • PD1 Pour voitures de tourisme; petits Diesel rapides à combustion indirecte, y compris les moteurs équipés de turbo. Caduque depuis 1990.
    • PD2 Pour voitures de tourisme. Moteurs suralimentés ou non.
    • D1 Pour véhicules industriels (à injection directe). = API CC/SE non suralimentés en service peu sévère.
    • D2 Pour véhicules industriels (à injection directe). = API CD suralimentés ou non en service sévère.
    • D3 Pour véhicules industriels (à injection directe). Huiles "SHPD" (Super Haute Performance Diesel) de niveau > API CD et correspondant à la spécification Mercedes (huiles anti-polissage) pour moteurs fortement suralimentés en service très sévère.
    • D4, D5 > CE et SHPD.
         Indice de viscosité (IV)

         L'indice de viscosité d'une huile caractérise sa qualité à avoir une viscosité plus ou moins stable en fonction de la température. Plus l'indice de viscosité est élevé, moins la viscosité de l'huile varie avec la température.
         Pour les huiles industrielles, fonctionnant souvent à une température plus ou moins stable, l'utilisation d'une huile monograde à IV = 100 est courante.
         Par contre, pour un moteur subissant des écarts de température dépassant 100°C, une huile multigrades à haut IV (140 à 200) est recherchée.
         Ci-dessous un abaque comparant quelques huiles moteur, on remarque que les huiles multigrades ont un IV plus fort que les autres, car elles imposent des impératifs de viscosité à froid et à chaud. Plus la droite de variation de la viscosité est horizontale, plus l' IV est élevé.

         Les huiles de synthèse

         Ces huiles ont des performances élevées, en particulier pour des objectifs et des conditions de service difficiles. Cependant, elles sont chères à produire et leur disponibilité dans le monde est limitée. De plus, le choix d'un lubrifiant synthétique dépend du problème posé.
         Les mélanges d'huiles de base d'origines différentes sont parfois possibles, toutefois une huile dite "synthétique" doit contenir moins de 15% d'huile minérale.

         Ci-dessous quelques familles d'huiles de synthèse :
    Poly glycols
         Bonnes propriétés lubrifiantes, point éclair élevé. Haut indice de viscosité : 150 à 200, faible volatilité, bonne stabilité thermique, incompatible avec les huiles minérales.
    Exemples d'utilisations : 
    Poly glycol soluble à l'eau : fluide difficilement inflammable, fluide d'usinage
    Poly glycol insoluble : fluide de frein, lubrifiant moteur, lubrifiant engrenage ...
    Esters 
    Faible volatilité, bonnes propriétés à froid, bonne tenue thermique, bonne propriété solvante et bonne résistance au cisaillement.
    Exemples d'utilisation : graisse, turbine à gaz, aviation, utilisé comme additif (pouvoir lubrifiant élevé).
    Hydrocarbures synthétiques (polyalphaoléfines)
    Comportement à froid performant, indice de viscosité élevé. Selon la longueur de la chaîne, bonne propriété thermique.
    Exemples d'utilisations : lubrifiant d’engrenages, compresseur ...
    Silicone
    Inerte chimiquement, grande résistance à la chaleur et à l'oxydation. Hydrophobe, indice de viscosité élevé (jusqu'à 300), bonne propriété à froid. Incompatibilité chimique avec de nombreux additifs. Pouvoir lubrifiant très médiocre.
    Exemples d'utilisations : graisse, fluide hydraulique ...
    Glycol
    Utilisées dans les compresseurs (air, frigorifiques) pour la propreté des clapets, compatibilité avec les fluides frigorigènes, caloporteur...

    CLASSIFICATION DES GRAISSES

         On peut définir la graisse comme étant un produit solide ou semi solide résultant de la dispersion d'un agent épaississant dans un lubrifiant liquide. On peut ajouter à ce produit des additifs qui lui conféreront des propriétés particulières. Les principaux facteurs agissant sur les propriétés et les caractéristiques d'une graisse sont:

    • Le type et la quantité de l'agent épaississant 
    • La viscosité et les caractéristiques physiques de l'huile 
    • Les additifs 
    Une graisse doit:
    • Réduire le frottement et l'usure 
    • Protéger contre la corrosion 
    • Assurer l'étanchéité des paliers pour empêcher la pénétration d'eau et de contaminants 
    • Résister aux fuites, à l'égouttement et au rejet 
    • Résister aux changements de structure ou de consistance en cours de service 
    • Demeurer mobile dans les conditions où elle est appliquée 
    • Etre compatible avec les joints d'étanchéité 
    • Tolérer ou repousser 1' humidité 
    Graisse ordinaire :
    Agent épaississant Huile / lubrifiant Additifs
    5 à 20% 75 à 95% 0 à 15%

    Graisse complexe :
         Il s'agit d'une graisse similaire à la graisse ordinaire, sauf que l'agent épaississant est constitué de deux acides gras différents, dont l'un est l'agent complexant. Cela confère au produit final de bonnes propriétés de résistance aux hautes températures.

    Huile de graissage :
         Comme le pourcentage d'huile en poids est très élevé dans une graisse (de 75 % à 95 %), il faut une huile de haute qualité et d'un grade de viscosité propre à l'utilisation prévue. Une huile de faible viscosité convient généralement aux températures basses, aux charges faibles et aux vitesses élevées, tandis qu'une huile plus visqueuse convient généralement aux températures élevées, aux charges lourdes et aux vitesses faibles.

    Additifs :

         Les additifs qui entrent le plus souvent dans la composition des graisses sont: 

    Antioxydant Prolonge la durée de service d'une graisse
    Extrême pression Protège les surfaces contre les rayures - Garantit l'accrochage du film de graisse
    Anticorrosion Protège les surfaces contre la corrosion
    Glycols usure Evite le contact métal/métal, réduit l'abrasion

    Définition des graisses :

         Consistance et degré de dureté de la graisse peuvent varier considérablement selon la température. Voici les neuf grades de graisses selon la classification du National Lubricating Grease Institute (NLGI):

    Grade NLGI
    Pénétration à 25°C (1/10 mm)
    Aspect / Dénom.
    000
    445 - 475
    très fluide
    00
    400 - 430
    fluide
    0
    355 - 385
    semi fluide
    1
    310 - 340
    très molle
    2
    265 - 295
    molle
    3
    220 - 250
    moyenne
    4
    175 - 205
    dure
    5
    130 - 160
    très dure
    6
    85 - 115
    extra dure

         Les grades 2 et 3 correspondent à l'utilisation courante (paliers, articulations, roulements ...).
     

    • Stabilité au cisaillement : capacité d'une graisse à résister à des changements de consistance sous l'effet du travail mécanique. À des taux élevés de cisaillement la consistance d'une graisse tend à changer (généralement, elle se ramollit).
    • Séparation de l'huile : pourcentage d'huile qui se dissocie de la graisse en régime statique (ex : stockage). Cette caractéristique ne sert pas à prévoir la tendance de l'huile à se séparer en service (régime dynamique).
    • Stabilité à haute température : capacité d'une graisse à conserver sa consistance, sa structure et ses caractéristiques de rendement à des températures supérieures à 125 °C.
    • Classification de service des graisses :
      • Les cinq catégories ci-dessous relatives aux graisses pour service automobile ont été élaborées par le NLGI. Cette classification (ASTM D 4950) couvre les graisses conçues pour la lubrification des composantes du châssis de même que des roulements de roues des voitures de tourisme, des camions et des autres types de véhicules. Le NLGI classifie les graisses pour service automobile en deux principaux groupes.
         Les graisses pour châssis sont désignées par le préfixe L et les graisses pour roulements de roues sont désignées par le préfixe G. Le tableau qui suit décrit les cinq catégories.
    Catégorie NLGI
    Service NLGI
    Caractéristiques
    LA
    Intervalles de graissage fréquents (< 3200 km) service léger (application non critique) Résistance à l'oxydation, stabilité au cisaillement et protection contre la corrosion et l'usure
    LB
    Intervalles de graissage prolongés (> 3200 km). Service de léger à rigoureux (charges élevées, vibrations, exposition à l'eau)  Résistance à l'oxydation, stabilité au cisaillement et protection contre la corrosion et l'usure même dans des conditions de charge élevées et en présence de contaminants aqueux. Plage de température de -40 °C à 120 °C
    GA
    Intervalles de graissage fréquents. Service léger (applications non critiques) Plage de température de -20 °C à 70 °C
    GB
    Service de léger à moyennement rigoureux (voitures et camions en service urbain et autoroutier) Résistance à l'oxydation et à l'évaporation stabilité au cisaillement et protection contre la corrosion et l'usure. Plage de températures de -40 °C à 120 °C avec pointes occasionnelles jusqu'à 160 °C
    GC
    Service de léger à rigoureux (véhicules effectuant des arrêts fréquents, remorquage de roulottes, conduite en terrain montagneux ...) Résistance à l'oxydation et à l'évaporation, stabilité au cisaillement et protection contre la corrosion et l'usure. Plage de températures de -40 °C à 120 °C avec pointes fréquentes jusqu'à 100°C et pointes occasionnelles jusqu'à 200°C

    Compatibilité entre les graisses :
         Il faut quelquefois substituer une graisse à une autre pour corriger un problème provoqué par un produit déjà en service. Dans ce cas, si les agents épaississants sont incompatibles, les propriétés du mélange seront inférieures à celles de chacun de ses constituants. Il est fortement conseillé de purger l'ancienne graisse du système avant d'en appliquer une autre. Cependant, la compatibilité entre les graisses dépend de la température. A mesure que les températures sont plus élevées, les problèmes de compatibilité augmentent.

    Méthodes d'application des graisses :
    Le graissage excessif est la cause la plus fréquente de la défaillance des paliers. Le surplus de graisse accroît le frottement interne, ce qui peut porter la température du palier au-delà du point de goutte de la graisse. Cela occasionne une séparation de l'huile et la graisse finit par perdre ses propriétés lubrifiantes. Lorsqu'on graisse un palier ordinaire fendu, il faut s'assurer que la cavité de graissage n'est remplie qu'au tiers.

    La fréquence de graissage dépend des facteurs suivants:
    • Sévérité du service
    • Environnement
    • État des joints d'étanchéité
    • Charges de choc
    La diversité des systèmes mécaniques est telle, qu'il faudra analyser chaque cas...

    Propriétés des graisses :
    Le tableau suivant vous permettra de sélectionner une graisse en fonction de son emploi et des exigences requises.
     Graisses ordinaires Graisses complexes Synthétiques

     

    STOCKAGE DES LUBRIFIANTS

         Pour mettre en place la sécurité dans le stockage et l’utilisation des produits, il faut connaître en premier lieu les risques que représentent ces produits. Cette connaissance s’acquiert par l’obtention de données sur le (ou les) produit(s).

         Premières sources d’information

    Étiquetage : L’étiquette constitue la première information directement accessible à l’utilisateur. L’étiquetage a pour but essentiel de renseigner sur les risques que peuvent présenter les produits pour l’homme et son environnement. Il indique également certaines précautions à observer pour leur stockage et leur utilisation. Il est régi par des textes réglementaires relevant principalement du code du Travail, du code de la Santé publique et des dispositions sur le transport des matières dangereuses. L’absence d’étiquetage ne signifie pas que le produit est sans danger.

    Fiche de données de sécurité : La fiche de données de sécurité est obligatoirement fournie par les fabricants, importateurs ou vendeurs de substances et préparations dangereuses. C’est la source d’information essentielle sur les produits chimiques dangereux à usage industriel. Associée à l’étude des paramètres propres aux postes de travail, elle doit permettre une bonne évaluation des risques et la mise en place de mesures de prévention au stockage, à l’emploi et à la manipulation.

    Fiche de données Graisse Calithia EP2
    Fiche de données Huile Cassida GL 220
    Autres fiches de données sécurité sur:  http://www.quick-fds.com/
     

    Notice technique : Elle peut contenir des données utiles à la protection des utilisateurs.

         Quelques règles générales pour le stockage

         Si les prescriptions des textes réglementaires varient selon les produits, on peut toutefois dégager un certain nombre de conditions communes que le simple bon sens peut imposer dans tous les cas. Les règles de sécurité visent à gérer l’organisation en fonction du type de stockage et du type de produits et des quantités détenues. Les produits sont stockés en réservoirs fixes ou en conteneurs mobiles selon leurs quantités et leur utilisation.

    Stockage en réservoirs fixes (aériens ou enterrés) :

    • Conformité : les réservoirs renfermant des gaz sous pression doivent être conformes à la réglementation sur les  appareils à pression de gaz (décret du 18 janvier 1943 modifié).
    • Résistance à la corrosion : le matériau constituant le réservoir ou la citerne doit être choisi pour résister à la corrosion par le produit qu’il contient. 
    • Marquage : les citernes et réservoirs fixes doivent être identifiés à l’aide d’un panneau portant en caractères indélébiles l’indication en toutes lettres du produit stocké. Il est également conseillé de reporter, sur le réservoir, son volume et le symbole noir sur fond rouge orangé de l’étiquetage. Les canalisations qui partent du réservoir doivent aussi être identifiées par des couleurs ou symboles différents. Un affichage à proximité des réservoirs rappelle l’interdiction de fumer et d’utiliser les appareils produisant des flammes, des étincelles...
    • Contrôle de remplissage : chaque réservoir ou citerne doit posséder un indicateur permettant de contrôler facilement le niveau de remplissage.
    • Évent : chaque réservoir ou citerne doit posséder un évent de section suffisante dont la sortie est dirigée vers l’intérieur de la zone de rétention dans une direction telle qu’il n’existe aucun danger pour les personnes.
    • Mise à la terre : tous les réservoirs ou citernes fixes doivent être reliés à la terre.
    • Cuvette de rétention : en cas de fuite du réservoir ou de la citerne, le liquide doit être retenu sur place par un dispositif faisant cuvette de rétention, en matériau résistant au produit stocké. Prévoir un point bas dans la cuvette de rétention afin de faciliter le pompage en cas de fuite et pour évacuer les eaux pluviales. Si des produits présentent un risque de réaction dangereuse en cas de mélange, les cuvettes de rétention doivent être séparées.
    • Protection des réservoirs : des matériaux ignifuges sont désormais acceptés pour la protection des réservoirs aériens de gaz combustibles liquéfiés. Pour ces mêmes stockages, mis sous talus, l’application, dans des conditions déterminées, d’un géomatériau, est maintenant reconnue comme assurant une protection mécanique et thermique équivalente à l’épaisseur de matériaux inertes préconisés par les textes en vigueur.
    Conteneurs mobiles :

         Le stockage en conteneurs mobiles décrit un ensemble de produits conditionnés en fûts, conteneurs divers, emballages rigides ou souples, entreposés sur une aire extérieure ou dans un local. Le déplacement des conteneurs mobiles est effectué à l’aide de dispositifs manuels ou motorisés.

    • Règles d’implantation :
      • Séparation des produits : les produits susceptibles de réagir violemment les uns avec les autres ne doivent pas être stockés au même endroit. On éloignera ainsi les produits combustibles des produits comburants, tels que l’oxygène ou les peroxydes.
      • Sol du stockage : le sol doit être imperméable, résistant aux produits chimiques et en légère pente vers un caniveau d’évacuation relié à une fosse de récupération ou une station de traitement.
      • Voies de circulation : les voies de circulation aménagées dans les entrepôts doivent être suffisamment larges pour que le stockage soit facilement accessible, que ce soit pour le dépotage des produits, les vérifications ou les interventions en cas de danger ou d’incendie.
      • Ventilation du site de stockage :  si le stockage est réalisé en plein air, un auvent est conseillé pour l’abriter des intempéries et du soleil ; si le stockage est réalisé en local fermé, celui-ci doit être ventilé (on privilégiera un système de ventilation mécanique).
      • Conformité électrique : l’équipement électrique, l’éclairage, les appareils électriques (y compris les appareils de chauffage), les engins de manutention, utilisés dans un entrepôt de produits chimiques inflammables, doivent être conformes à la réglementation concernant les zones à risque d’incendie et d’explosion.
      • Marquage : un affichage de proximité des emballages rappelle l’interdiction de fumer et d’utiliser les appareils produisant des flammes, des étincelles, etc.
    • Mode de stockage:
      • Stockage sans accessoire (gerbage) : La hauteur maximale de stockage doit être choisie de façon à éviter tout endommagement des récipients en cas de chute. Des accessoires spéciaux sont employés pour les conteneurs souples qui ne doivent pas être empilés les uns sur les autres.
      • Stockage en rayonnages : Les rayonnages utilisés pour le stockage en hauteur doivent être conçus et mis en place pour empêcher les chutes. Ils doivent aussi comporter des systèmes de protection contre les chariots de manutention. L’aire de stockage doit être facilement accessible aux véhicules de transport comme de secours. Elle doit être à l’écart de tout local de travail ou d’habitation (distances d’éloignement à respecter). Elle doit être organisée en zones de produits distincts, identifiables sans risque de confusion.


    Caractéristiques des aires de chargement et de déchargement des véhicules citernes :

    • Sol : Il doit résister aux charges des véhicules et aux produits chimiques et permettre, en cas de renversement accidentel, l’évacuation des produits liquides vers une fosse de rétention.
    • Balisage : La zone réservée au déchargement des produits doit être balisée et avoir des dimensions adaptées aux véhicules citernes.
    • Éclairage : La zone de sécurité doit être équipée d’un système d’éclairage électrique utilisable dans les zones à risque d’explosion.
    • Prise de terre : Les véhicules citernes doivent être reliés à une prise de terre au moment de l’opération de déchargement.
    • Point d’eau : Pour entraîner les produits liquides répandus vers une fosse de rétention, il est conseillé d’installer un point d’eau.
    • Douche de sécurité et lave-œil : Une douche de sécurité et un lave-œil permettent de secourir le personnel en cas d’éclaboussures par des produits corrosifs. Les circuits d’eau sont à protéger du gel.
    • Auvent : Il est recommandé d’installer un auvent pour permettre au personnel de travailler plus confortablement en cas d’intempéries.
    • Modes de déchargement : Il est conseillé d’opérer par gravité ou par pompage. Le déchargement sous pression d’air d’une citerne ou d’un réservoir contenant un liquide inflammable doit être interdit. Une signalisation indique que l’aire est une zone à risque d’incendie, qu’il est interdit de fumer et d’employer des appareils à flamme ou produisant des étincelles.
    • Procédures de déchargement : Une procédure est à élaborer pour préciser les rôles et les obligations respectifs du transporteur et du réceptionnaire de l’entreprise fixe, depuis l’arrivée du véhicule dans l’entreprise jusqu’à son départ. Cette procédure contient des informations sur le plan de circulation du véhicule dans l’entreprise, le mode opératoire, la protection individuelle et ce qu’il y a lieu de faire en cas d’incident. Prévoir le matériel ou l’installation permettant au transporteur de vider ses tuyauteries flexibles à la fin du déchargement.
    ORGANISATION DU GRAISSAGE

    En maintenance préventive, on doit :

    Élaborer des fiches de graissage par matériel qui doivent définir :
    o Le matériel à maintenir (photos, dessins)
    o Le type d’opération de lubrification
    o La quantité de lubrifiant à remplir
    o La nature et les caractéristiques du lubrifiant à employer
    o La fréquence des opérations de lubrification
    o Les points de graissage et/ou de remplissage
    o Les organes à lubrifier
    o Le matériel à utiliser
    Établir un planning des visites
         La norme NF E 60-201 donne toutes les informations nécessaires. Cette norme concerne les « LUBRIFIANTS POUR LE GRAISSAGE ET LA COMMANDE DES MACHINES-OUTILS » et précise les « FICHES D’INSTRUCTIONS DE LUBRIFICATION ET LE REPÉRAGE ».
        Ce plan de graissage doit prendre en compte les préconisations du constructeur de la machine (informations données dans le dossier machine) et du vécu de l’entreprise (historiques).
         L’établissement du plan de graissage peut être facilité par un module spécifique au sein de la GMAO.

    RÉCUPÉRATION DES HUILES USAGÉES

         Introduction

         Comme la plupart des produits de consommation, les lubrifiants ont une durée de vie limitée. Les professionnels de l'automobile, les transporteurs, les industriels, les agriculteurs, les collectivités et aussi les particuliers se partagent entre 260 000 et 270 000 tonnes d'huiles usagées produites chaque année lors des opérations de vidange et d'entretien des véhicules.
    Les huiles usagées sont classées dans la catégorie des déchets dangereux. 
    Face à la multiplicité et à la dispersion géographique des producteurs de ce déchet détenu en petites quantités unitaires, le législateur a, dès 1979, organisé la collecte et l'élimination des huiles usagées. Il a fixé les responsabilités des uns et des autres et décidé de la gratuité de la collecte pour le détenteur d'huiles usagées.

    La bonne gestion de cette filière répond au double enjeu :

    • de la préservation de l'environnement
    • des économies de matières premières ou d'énergie
         De quelles huiles s'agit-il ?

         Suivant les utilisations des lubrifiants neufs, on définit deux catégories d'huiles usagées :

    • Les huiles noires : elles comprennent les huiles moteurs usagées et certaines huiles industrielles utilisées par exemple pour la trempe des métaux ou comme fluides caloporteurs.
    • Les huiles claires : elles correspondent principalement à trois catégories d'huiles neuves (hydraulique, turbine, isolante).
         C'est le type de traitement que ces huiles doivent subir pour être réutilisées comme huile de base qui a conduit à cette classification. 
         En effet, les huiles usagées noires, fortement dégradées et contaminées, doivent être raffinées à nouveau par un procédé complexe associant en général plusieurs étapes de distillation et un traitement de finition, alors que dans le cas des huiles claires, un simple traitement physique (centrifugation) peut être suffisant pour recycler les huiles clarifiées dans des préparations lubrifiantes destinées à des utilisations peu contraignantes en termes de qualité, comme le décoffrage ou le démoulage. 
         Ces huiles usagées ne doivent pas être confondues avec les huiles solubles usagées et autres fluides aqueux d'usinage, les huiles de friture, les mélanges eau / hydrocarbures pour lesquels les circuits de collecte et d'élimination sont complètement différents. 

         Caractéristiques des huiles usagées

    Les huiles usagées moteurs analysées à la sortie des carters contiennent un certain nombre de contaminants :

    • des suies, des résines
    • des métaux lourds 
    • des acides organiques provenant de l'oxydation partielle de l'huile 
    • du chlore provenant de certains additifs de lubrification 
    • des composés aromatiques parmi lesquels des hydrocarbures polycycliques aromatiques (HAP) 
    • des phénols
    • des phtalates
         Les huiles industrielles noires usagées sont elles aussi très dégradées et leur contamination se rapproche de celle des huiles moteurs. Les huiles de trempe par exemple se chargent pendant leur utilisation de goudrons et de résines suite à l'oxydation importante du lubrifiant.
         Enfin, les huiles industrielles claires usagées sont peu contaminées. En effet, l'eau et les particules sont en général les responsables de l'usure du lubrifiant. 

         Pourquoi les huiles usagées sont-elles dangereuses pour l'environnement et la santé ?

         D'une manière générale, les huiles usagées sont peu biodégradables. Elles ont une densité plus faible que l'eau. C'est pourquoi 1 litre d'huile usagée peut couvrir une surface de 1000 m2 d'eau et réduire l'oxygénation de la faune et la flore du milieu.
         Les conséquences d'un rejet direct de l'huile usagée dans le milieu naturel sont évidentes. Par ailleurs, bien que son pouvoir calorifique puisse être estimé à environ 90% de celui du fuel lourd et fasse donc de l'huile un combustible intéressant, l'impact lié à sa combustion dans de mauvaises conditions peut être également important. 
         La teneur en composés aromatiques peut entraîner pour des températures de combustion trop faibles la formation d'hydrocarbures polycycliques aromatiques dont le pouvoir cancérigène a été démontré.
         La présence de chlore peut entraîner la formation d’acide chlorhydrique qui sera dégagé en totalité dans l'atmosphère s'il n'y a pas de neutralisation des fumées. Par ailleurs, le chlore est susceptible de former avec les composés aromatiques une multitude de composés parmi lesquels des PCB et des dioxines (surtout en présence de phénols).
         La décomposition des phtalates à trop basse température conduit à la formation d'anhydride phtalique et d'HAP (éléments toxiques et mutagènes).

         Que faire des huiles usagées ?

         La solution la plus simple est de faire appel à un des ramasseurs agréés pour la collecte des huiles usagées dans votre département. Ces entreprises ont pour principale obligation de se déplacer chez vous dans un délai de quinze jours suivant votre appel dès lors que vous détenez un volume d'huiles usagées au moins égal à 600 litres.
         Les ramasseurs assurent une prestation d'enlèvement gratuite dans la mesure où les huiles usagées ne sont pas mélangées à d'autres déchets liquides tels que : 

    • liquides de refroidissement
    • antigel
    • solvants chlorés ou non,
    • carburant
    • eaux souillées
    • huiles de friture
    • etc.
         En outre, les ramasseurs, soucieux de l'image de leur profession, ont engagé une démarche de certification. Ils sont pour la plupart adhérents du groupement national des ramasseurs d'huiles usagées, lui-même affilié au Conseil National des Professions de l'Automobile (CNPA).
         Enfin, beaucoup d'entre eux cherchent à développer leur palette de services proposés aux professionnels de l'automobile en collectant d'autres déchets industriels comme les pneus, batteries, solvants, etc.

         On peut aussi les remettre à un éliminateur agréé. Cette solution peut se justifier si vous détenez fréquemment de grandes quantités d'huiles usagées (par exemple, plus de 20 m3) ; dans ce cas, vous pouvez contacter un éliminateur agréé afin d'organiser des livraisons directes d'huiles usagées de votre site jusqu'à celui de l'éliminateur. Les éliminateurs doivent avoir reçu un agrément quel que soit le type d'huile usagées éliminées. 

         On peut aussi assurer soi-même l’élimination. Cette dernière possibilité est quasi exclusivement destinée aux industriels qui détiennent de grandes quantités d'huiles usagées et qui ont les moyens techniques d'en assurer l'élimination eux-mêmes, généralement par voie de valorisation matière. Cette solution est très contraignante car elle nécessite les autorisations préfectorales nécessaires et un agrément. A ce jour, seuls des constructeurs d'automobiles ont privilégié cette solution pour certaines de leurs unités de production et dans tous les cas pour des huiles usagées claires peu contaminées.

         Le suivi de la collecte et de l’élimination

         L'ensemble du dispositif de collecte et d'élimination donne lieu à un suivi permanent du Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement, des DRIRE et de l'ADEME grâce à des statistiques mensuelles envoyées par les ramasseurs et les éliminateurs agréés. Ainsi, l'observatoire des huiles usagées mis en place au sein de l'ADEME mesure au plus près l'évolution du système de collecte et de l'élimination des huiles usagées. Les travaux développés par cet observatoire relèvent notamment que la collecte des huiles usagées noires a plus que doublé depuis 1986 avec plus de 80 % des huiles usagées moteurs émises chaque année qui sont récupérées.
    Cette performance est aussi liée au soutien économique dont bénéficie la filière.
         Une  étude  menée pour le compte de l'ADEME et à la demande du Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement a montré que les 2 principales voies d'élimination utilisées aujourd'hui en France (régénération et valorisation énergétique en cimenterie) avaient globalement une contribution favorable en termes d'impacts sur l'environnement.

    En 1999 :

    • 58 ramasseurs agréés qui totalisent 287 agréments départementaux
    • Une collecte en progression avec plus de 247 000 tonnes d'huiles noires usagées collectées en 1999
    • Un taux de récupération des huiles usagées moteurs avoisinant les 81%.
    • Une collecte réalisée auprès d'une grande diversité de détenteurs


    CAPACITÉS AGRÉÉES POUR L'ÉLIMINATION DES HUILES USAGÉES CLAIRES (au 30/09/00)
    Régénérateurs 13 44 870 tonnes
    Industriels (pour leurs propres huiles) 2 4 500 tonnes

    CAPACITÉS AGRÉÉES POUR L'ÉLIMINATION DES HUILES USAGÉES NOIRES (au 30/09/2000)
    Régénérateurs 1 110 000 tonnes
    Cimenteries 21 233 720 tonnes
    Centres de traitement de  déchets  industriels 7 35 600 tonnes
    Chaufourneries 2 32 000 tonnes
         Total 30 411 320 tonnes

         LES TEXTES RÉGLEMENTAIRES

         Le dispositif de ramassage et d'élimination des huiles usagées est administré par le décret du 21 novembre 1979 modifié et les arrêtés du 21 janvier 1999. Les huiles usagées concernées par cette réglementation sont « les huiles minérales ou synthétiques, qui, inaptes après usage à l'emploi auquel elles étaient destinées comme huiles neuves, peuvent être réutilisées soit comme matière première en vue de recyclage ou de régénération, soit comme combustible industriel ; leur rejet dans le milieu naturel est interdit ». 
         Conformément à l'article 23 de la loi n° 80-531 du 15 juillet 1980 relative aux économies d'énergie et à l'utilisation de la chaleur, l'utilisation industrielle comme combustible lorsque la qualité des huiles usagées le permet, ne peut être autorisée que dans les établissements agréés et lorsque les besoins des industries de régénération ont été préférentiellement satisfaits.

         La filière s'organise autour de 3 principaux acteurs qui ont un certain nombre d'obligations fixées par la réglementation mentionnée plus haut :

    • Les détenteurs : ce sont des personnes physiques ou morales qui accumulent dans leurs propres établissements des huiles usagées en raison de leurs activités professionnelles. Bien que les particuliers ne soient pas des détenteurs au sens de cette réglementation, ils doivent respecter l'interdiction générale de rejet des huiles usagées prévue dans le décret du 8 mars 1977 et acheminer leurs huiles dans des déchetteries et autres points d'apport volontaire. Les détenteurs doivent recueillir les huiles usagées provenant de leurs installations et les stocker dans des conditions de séparation satisfaisantes, évitant notamment les mélanges avec l'eau ou tout autre déchet non huileux (solvants, liquides de refroidissement, etc.). Ils ont pour obligation :
      • soit de remettre leurs huiles usagées aux ramasseurs agréés
      • soit d'assurer eux-mêmes le transport de leurs huiles usagées pour les remettre aux entreprises qui collectent légalement dans un autre état membre de l'Union européenne ou pour les mettre directement à la disposition d'un éliminateur agréé en France ou autorisé dans un autre état membre de l'Union européenne
      • soit d'assurer eux-mêmes l'élimination des huiles usagées qu'ils produisent à condition d'être titulaire d'un agrément
    • Les ramasseurs (collecteurs) : ce sont des personnes physiques ou morales qui exercent l'activité de regroupement, de collecte ou de transport de lots d'huiles usagées issus de plus d'un détenteur. Afin d'assurer le ramassage exhaustif des huiles usagées, les préfets de département ont agréé un ou plusieurs ramasseurs, après avis d'une commission départementale d'agrément au sein de laquelle siège notamment l'ADEME. Les installations de stockage (dépôts) d'huiles usagées sont soumises à autorisation sous la rubrique 167A au titre de la réglementation sur les installations classées pour l'environnement. La capacité totale de stockage doit correspondre au minimum au 1/12e de la collecte annuelle réalisée. Les agréments de ramassage sont délivrés pour une durée de cinq ans maximum ; une entreprise de ramassage peut à tout moment postuler à l'agrément de ramassage dans une zone donnée. Les ramasseurs agréés sont responsables de la collecte de toutes les huiles usagées produites dans la zone pour laquelle ils ont reçu l'agrément. Ils doivent procéder dans un délai de quinze jours à l'enlèvement de tout lot d'huiles usagées d'un volume supérieur à 600 litres qui leur est proposé. Chaque enlèvement doit faire l'objet d'un double échantillonnage contradictoire avant mélange avec tout autre lot en vue notamment de la détection des polychlorobiphényles(PCB). Un bon d'enlèvement doit être systématiquement remis au détenteur. Par mesure dérogatoire, il fait office de bordereau de suivi de déchet industriel. La prestation d'enlèvement est gratuite dans la mesure où les huiles usagées ne sont pas mélangées à d'autres déchets liquides.
    • Les éliminateurs : ce sont des personnes physiques ou morales qui exploitent une installation apte à traiter des huiles usagées et qui disposent d'un agrément à cet effet. Le terme d'éliminateur recouvre aussi bien la régénération des huiles que leur utilisation industrielle comme combustible. Les textes antérieurs au 21 mai 1997 stipulaient que l'agrément pour l'exercice de l'activité d'élimination d'huiles usagées était de la compétence du ministère de l'Environnement. Dans un souci de simplification, la procédure a été déconcentrée à l'échelle des préfets qui sont dorénavant seuls compétents. Les deux procédures, l'agrément délivré au titre de la loi de 1975 sur les déchets et l'autorisation délivrée au titre de la loi de 1976 sur les installations classées, ont donc été rapprochées. L'agrément comprend la capacité maximale annuelle de traitement. Il est délivré sans limitation de durée. L'éliminateur doit disposer d'une capacité de stockage équivalente au 1/12e de sa capacité agréée de traitement. Il remet systématiquement au ramasseur un bordereau de prise en charge ou d'acceptation du lot d'huiles usagées livré par le ramasseur. Il doit vérifier la nature et les caractéristiques des huiles usagées proposées avant leur acceptation, en analysant systématiquement la teneur en PCB et le pourcentage d'eau des huiles.

    .